Entreprendre pour vivre autrement : 7 conseils avant de tracer sa route

severine - 25 septembre 2016

Entrepreneuriat : s’accomplir avec le Coaching et le Mentoring

severine - 25 septembre 2016

Changer de vie : Vivre et ne plus seulement vouloir Exister

severine - 25 septembre 2016
Beaucoup d’entre nous rêvent de prendre la route, vivre comme des aventuriers, faire le tour du monde, créer sa boite, quitter Paris (ou la France) pour des espaces grandeur nature ou plus exotiques.
Certaines ont osé et changé de vie mais ne sont pas pour autant heureuses, à bien y regarder et en prenant le temps de regarder derrière le simple mur Facebook ou Instagram.
Changer de vie : est-ce vouloir Vivre ou simplement Exister ?
*
1 an plus tard, compteur à zéro et désillusions douloureuses, c’est le désenchantement et le retour à la réalité.
Et pourtant nous les envions, dans leur quête, dans leur dépassement de Soi, dans leurs choix.
A bien y regarder de plus près, est-ce vraiment de cela qu’il s’agit ?
*
Ils veulent exister, bien plus que vivre !
Qu’est-ce qu’une vie riche de sens sans se contenter simplement d’une existence réussie ?
 *
Dans cette chronique du sens, partage d’une réflexion qui m’a été inspirée récemment en prenant du recul sur mes récents voyages, mes envies de voyages, des aventuriers, des expatriés croisés cet été.
Vivre et ne plus chercher à exister.
Et si on cherchait à habiter nos vies autrement ?
 *
*

Sortir de l’injonction d’exister

*

Alors ces aventuriers qui font rêver, qui inspirent, qui parcourent le monde, qui osent tout claquer pour changer de vie…
Et si nous posions un autre regard sur celles et ceux qui défient la vie, oubliant parfois de la respecter et de la vivre pleinement ?
Le monde comme terrain de jeu pour des exploits sportifs, en terre, dans les airs comme en mer, une certaine forme de violence et de souffrance dans la quête de Soi.
Il faut défier la vie.
 » J’ai fait l’Himalaya ! J’ai fait la Birmanie ! J’ai fait un saut à 10 000 mètres ! J’ai crée une entreprise de 100 millions d’euros (ou 1 000 personnes) ! J’ai fait le salon du livre ! J’ai quitté la France ! « .
Sous-entendu hautain : j’ai réussi ! J’existe ! Je me suis fait un nom.
**
Exister toujours ce besoin d’exister, qui fait souffrir, nous rabaisse à la triste réalité d’une vie esseulée, en quête de sens.
Exister dans l’entrepreneuriat, exister dans l’écriture, exister dans l’aventure, exister dans le sport, exister dans nos voyages… 
Toujours exister !
Et derrière se cache l’Exigence, et très vite, le désenchantement…
**
De même dans nos sociétés modernes, intellectuels (récente expérience presque pathétique avec un philosophe connu ou comment vous faire croire en restant centré sur son nombril qu’on peut vous décrypter le monde…), eux aussi cherchent à exister, à prouver, à défendre leurs convictions, à impressionner. Esprit critique sur ces agoras des temps modernes, ces lieux où nous voulons nous « inspirer » pour ne pas déchanter. Il faut être impressionner, et moins s’émerveiller, si possible en moins de 12 minutes. Merci TEDx et la contre culture qui finalement devient un standard de pensée uniforme.
*
Où est passée cette humilité que le Voyage, la Vie et la Terre nous imposent ?
*
*
******
« On ne fait aucun pays, au contraire, la route nous défait pour mieux nous façonner »
Blanche de Richemond,
Le Manifeste Vagabond.
******
 *
*

Le Jour où j’ai cessé de vouloir exister

*

Je me souviens de ce jour où j’ai cessé de vouloir exister.
J’ai compris pourquoi j’étais là.
Pourquoi j’étais ici.
Le lien à ma lignée, le lien à la source.
J’ai cessé de rêver ma vie, de l’idéaliser, de la vivre au travers d’une illusion de ce qu’elle devait être.
Je me souviens du jour où j’ai cessé de vouloir exister,
Cette volonté farouche, cet appel de la Nature,
Vivre une vie grandeur Nature.
Vivre proche de la Nature.
Au plus près de mes aspirations, pas celles que la société ou les autres attendaient de moi (tellement facile quand vous avez le CV et toutes les conditions requises pour réussir).
Ne pas rester fidèle à son image (et celle dans laquelle la société nous emprisonne ou nous lisse), mais un idéal de vie élevé !
Ne pas nourrir ses ambitions, mais à ses aspirations !
 *
J’ai repris contact avec la Vie dans ce lieu de vie enchanteur.
Là où je vis aujourd’hui.
*
*
*****
Toucher la terre de mes mains,
Reprendre contact avec mes racines.
Parcourir les forêts.
Faire la douce ascension des montagnes qui offrent à mes yeux toute la Beauté du Monde.
Ecouter le silence
Sentir le feu de bois réchauffer nos âmes et coeurs.
*****
*
*
Les influences multiples qui me nourrissent, celles de l’Est, loin dans l’Europe de l’Est voir eurasienne (ma grand-mère immigrée de la dernière guerre est polonaise, mon grand-pèredans sa lignée vient de plus loin encore).
*
Celles qui font que j’aime rencontrer, aller à la rencontre, des simples gens comme on les appelle.
*
Découvrir, porter un regard bienveillant sur le voyageur, vagabonder au travers de mes rêves comme de différentes terres.
Partager, par le repas, le goût, la cuisine, les moments simples mais doux.
Ecrire pour témoigner, transmettre, inspirer, sans rien attendre en retour.
Vivre le lever du jour, suivre le soleil couchant s’embraser dans l’horizon de la mer ou d’une montagne adoucie par la lumière du soir.
 *
*
*****
A quoi servent ces instants de magie volée ?  
A se façonner une vie.
*****
 *
*
Depuis quelques mois, ce n’est plus l’extra-ordinaire (ou la performance) que je cherche, mais l’harmonie intérieure. 
Des présences lumineuses, des terres puissantes, des moments intenses par leur beauté, qui m’apprennent comment m’unir à la Vie, écouter le pouls de l’Univers.
Des moments qui m’apprennent à accepter la Vie, dans son absolue entièreté.
*
*

Les portes d’accès à Soi

*

Je me souviens du jour où j’ai compris,
Je me suis sentie Etre, là, pleinement intégrée à ce Tout que nous appelons Univers.
*
Beaucoup d’artistes évoquent ce sentiment d’Etre pleinement à eux-mêmes.
Quand ils découvrent la musique, comme ce musicien engagé et chanteur cosmopolite, Jordi Savall, artiste multiple et inspiré.
Ces doigts sachant ce qu’ils avaient à faire quand il s’est acheté son premier violoncelle en cachette à 9 ans.
D’autres par la peinture, je pense à Marina Mandic, artiste de notre génération, qui vit pleinement son Art, comme une porte à son intériorité, complète, entière et vivante.
Pour d’autres ce sera le yoga, la méditation, le rapport au corps, plus bienveillant, et la cuisine comme Ariane Cohen et sa merveilleuse cuisine indienne de tradition Aruyédique.
 *
*
*****
« La musique peut faire quelque chose de si profond en nous-même qu’elle peut nous faire changer,
nous faire vivre et voir les choses d’une autre manière » Jordi Savall
*****
*
*
J’ai toujours été attiré par les arts sensibles, ceux qui ne se « diplôment » pas,
Le monde sensible que je découvrais et re-découvre au travers la Nature, la philosophie et la poésie, la peinture, l’écriture, la cuisine, la marche en forêt, sont autant de portes d’accès à Soi, à l’Ame et la Beauté de la Vie.
 *
*

Habiter la Vie

*
Je n’ai pas de talents particuliers.
Aucun don qui aurait fait de moi une championne olympique, une rockstar de l’entrepreneuriat, une experte en quoi que ce soit.
J’en ai longtemps rêvé ! J’ai beaucoup complexé et culpabilisé de ne pas l’avoir été.
Je suis diplômée, j’ai appris plusieurs métiers, souvent sur le tas,  j’ai entrepris, seule puis en communauté.
Je n’ai pas de qualités codifiées dans les grilles RH, ni dans la liste des 37 talents. Mon premier livre ne rentre ni dans la case management, ni sociologie, ni autobiographie. Et même si mon éditeur et mon directeur de publication ont pensé vendre plus de livres en mettant ma photo en premier de couverture, j’ai juste eu la chance de vivre une expérience et de donner du sens.
La notoriété, la réussite, les honneurs.
Aujourd’hui, je m’en fous.
.
Ma richesse est d’apprendre de la Vie, de l’Expérience, de toutes les rencontres.
Ceux qui me connaissent bien le savent, je vais parfois lutter, esquiver, chercher solution  pour dépasser l’obstacle, parce que je suis combattive, mais plus à n’importe quel prix !
Ca m’arrive encore de vouloir que les choses ne soient pas comme elles sont.
Je sais que la Vie me ramène à l’expérience concrète, pure et sans fard.
.
.
*****
Plus la sérénité vient bousculer mes années,
plus je sais tout au fonds de moi que la vraie qualité que j’ »ai » n’est pas de savoir faire.
C’est d’Etre.
Habiter la Vie pleinement.
*****
.
.
A commencer par « habiter » les « lieux » où je vais et je suis. Je dirais avec qui je Suis.
De les rendre vivants.
Je sais juste ramener l’énergie des lieux « habités » par l’âme, le corps, le coeur et l’esprit.
Je sais simplement offrir à mes hôtes, mes amis, ma famille, mes enfants, mon amoureux, ceux que j’accompagne ou dont je croise la route, une raison de vivre. De Bien vivre.
Je sais entrer en lien et dans l’histoire des Autres. Simplement leur offrir cette liberté d’Etre.
Ce n’est pas un métier, ça ne se monétise pas vraiment, on ne le valorise pas en scal-up ou start-up, on ne cotise pas à sa retraite avec cela. Ca ne fera pas de vous quelqu’un d’important… mais de vivant.
Prêt à renoncer ?
.
Je suis certaine que beaucoup d’énergies, d’élans, de dons (et pas talents), de qualités essentielles sont gâchées aujourd’hui simplement parce que notre monde moderne ne valorise que ce qui se voit, est rentable, ou socialement correct.
Sauf qu’à force de faire des choix par raison, individuellement comme collectivement, nous nous privons de bien de solutions alternatives, d’une transformation vers le champs des possibles essentiels au regard des enjeux multiples auxquels nous avons à faire face.
Réconcilier rentabilité économique (et pour certains simplement vivre dignement et payer les factures parce qu’ils ont fait le choix de la passion avant tout et d’un mode de vie différent) avec un Mieux Vivre (Ensemble) et Mieux Etre ?
Je rencontre tellement de personnes dans ce dilemme, et même si j’ai plutôt été chanceuse dans mon développement et changement de vie, chaque jour j’essaie d’être à l’équilibre entre les 2 pôles.
Une chose, un mantra, une conviction m’anime profondément.
.
.
*****
Je sais simplement au fond de moi-même,
que cet art de Vivre pleinement me rends heureuse et pleinement Etre.
*****
.
*

Vivre autrement

*
Voilà 18 mois que j’habite une vieille maison de campagne.
J’y apprends la patience, de la restaurer, de la rendre vivante, de faire du jardin un lieu de paix et de bonheur pour y croquer les fruits et apprécier les fleurs.
.
Voilà 5 ans que j’ai changé d’itinéraire de vie, j’apprends encore aujourd’hui la patience sur la route, la beauté des chemins de traverses, je remercie chaque instant pour l’espace, l’ouverture, les rencontres, celles qui a permis à la Vie de reprendre ses droits.
.
J’ai toujours voulu tout, tout de suite, impatiente, restant parfois en superficialité, réussir et exister, pour combler ce manque de confiance qui me rongeait.
.
.
*****
Vouloir exister, être reconnue, c’est la porte ouverte à la folie de ne plus être humaine.
Aujourd’hui, j’ai juste envie de vivre.
Vivre et ne plus exister.
*****
.
.
En témoignant ainsi, je n’ai rien à prouver ou démontrer, simplement partager quand beaucoup d’entre nous sont envahis par les doutes, de franchir le pas (ou pas), pour une vie plus pleine ou une existence plus heureuse, un nouveau métier, un nouveau lieu de vie, une nouvelle Vie !
.
Cette confiance en la Vie, cette qualité d’Etre ne s’achète pas, elle ne se diplôme pas, elle n’est pas une Assurance-vie, nous qui voulons toujours avoir la sécurité et l’assurance de … en réaction à nos peurs, à commencer par celles du regard des autres, que porte la société moderne.
.
Nous vivons dans une société qui ne tolère ni l’échec, ni la réussite, ni le changement, ni les chemins de détours. Notre société (française) n’accepte que la Révolution comme possibilité de changement ou mutation aussi bien collective qu’individuelle.
.
Je ne suis pas certaine que les lois de l’univers ne nous offrent que cette seule voie violente et explosive parfois, coûteuse.
N’existe-t-il pas d’autres alternatives ?
.
*

Vivre en s’inspirant de la Nature

*
Si nous observons la Nature, quand elle n’est pas contrainte et forcée par l’Homme,
Elle prends son temps, dans le changement, dans l’évolution.
Et si nous nous inspirions de cette sagesse simple et universelle ?
.*
*****
Commençons dès à présent par habiter nos vies, pleinement,
A bousculer nos évidences et nos croyances, celles qui nous rassurent (ou ont rassuré),
A oser les petits pas ou battements d’ailes qui peuvent amener un changement de regard.
Car en changeant de regard,
En changeant notre manière d’Etre et d’Habiter la Vie,
Tout est possible, tout simplement.
*****
.
C’est cela une vie d’engagement, c’est habiter sa vie pleinement.
Explorer le Champs des Possibles.
Etre au plus près de son coeur.
C’est cela être un vagabond ou aventurier. 
*
*

2 comments

Leave a comment