Conférence Groupe Fiducial – sur les nouveaux managers et l’Entreprise de Demain

severine - 15 août 2016

Retrouver la Nature

severine - 15 août 2016

Voyage et nomadisme : suivre sa propre route !

severine - 15 août 2016
En plein coeur de l’été, pour beaucoup d’entre nous, les vacances sont incarnées par le Voyage.
Entre nouveaux dogmes sociétaux et impérieuse nécessité d’un accomplissement de soi ou encore fuite d’une certaine réalité, le voyage est le creuset de tous nos fantasmes : de liberté, d’accomplissement, de dépassement, de courage, de découverte, de changement !
 *
De tout temps, les explorateurs et exploratrices ont fasciné, ils et elles m’ont fasciné : Henry Thoreau, Ella Maillart, Alexandra David-Neel, Priscilla Telmon, Anne Quemere (cf article sur les 7 leçons de vie que nous inspirent les femmes d’aventure)… Bien plus que les prétendus « rôles-modèles » servis par les médias dans le monde économique et politique, hommes et femmes de pouvoir, rongés par l’avidité et la folie du combat qu’imposent de tels choix, personnellement, ce sont les hommes et femmes d’aventure qui m’ont fait rêver, et me font toujours rêver.
 *
Le (goût du) voyage revient en force, soit par besoin d’échapper à nos vies modernes stressantes et moroses, comme une fuite de soi-même, ou par choix et convictions d’un mode de vie à contre-courant du « métro-boulot-dodo », et en phase avec une certaine idée de la sobriété heureuse, voire une quête spirituelle !
 *
Suivre sa route, non pas celle qu’on a tracé pour nous.
 *
Entre pièges d’une consommation et nouvelles formes de conquêtes, accomplissement de soi ou fuite du monde moderne, et si le nomadisme était un retour à la Nature et sa Vraie Nature ?
 *
*
*

VOYAGER, A LA RENCONTRE DE SOI : LA QUETE

 *
Le voyage est un de mes 5 piliers de vie, comme chemin de vie par l’expérience, de découverte et d’apprentissage de la Vie.
 *
Explorare, c’est porter à la lumière.
 *
Chaque année, j’aime découvrir une nouvelle culture, un nouveau pays, un nouvel horizon.
Je fais des choix pour voyager.
A commencer par me libérer du temps, luxe véritable d’aujourd’hui, et revoir mes priorités.
*
*****
La vérité existe par-delà les montagnes, pour la connaitre il faut voyager
*****
 *
*
Si j’ai longtemps été une voyageuse à la recherche du voyage réussi (à tout programmer et visiter au maximum, pas de temps à perdre, et plus à l’aise en hôtel 5 étoiles que dans une chambre sommaire au bout du monde), je suis désormais sans attente, sans plan, je prends ce qui vient, mes bagages sont de plus en plus légers, je sais ce dont j’ai besoin, un livre m’accompagne toujours, pour le reste, le confort est réduit à son minimum.
 *
C’est alors que la magie peut se produire, celle de la rencontre, avec soi comme les autres.
 *
*
*****
Je peux me perdre et me retrouver,
Etre à l’écoute de la vie,
Vivre au tempo de ceux que je découvre,
Dans un total Abandon à ce qui Est.
*****
*
 *
Je souris aujourd’hui à voir les touristes débarquer, crispés et tendus, grosses valises, chargées de toutes les tenues de circonstance, de leurs tensions et préjugés dans un monde qui n’est pas le leur.
Comment vivons-nous le Voyage ?
Dans un rapport de force constant même à 10 000 km.
Incapables de lâcher prise, pressés de toute expériences sans en garder la consistance ni la saveur, nous fantasmons nos voyages, nous les vivons par procuration alors que physiquement présents, seuls comptent les likes et les commentaires sur les photos qui seront postées sur Instagram et Facebook, clichés au sens propre comme figuré d’un voyage édulcoré, à l’aspartame, d’une vie dénaturée. Cet été, j’ai trop vu de couples ne pas se parler lors des repas ou au café, obsédés par leurs selfies, coupés du moment présent, pour être l’un face à l’autre sur leur smartphone.
A quoi bon aller si loin, si c’est pour se perdre dans une réalité (et relation) virtuelle ?
Le voyage, ce n’est pas cela.
Le voyage, c’est faire l’expérience de la Vie.
 *
*****
Le voyage, c’est aller à la découverte, quitter ses préjugés et habitudes,
oser se libérer de nos carcans quotidiens,
vivre plus léger
expérimenter le côté brut et entier de la Vie.
Apprendre à désapprendre.
*****
 *
*
J’ai toujours plongé mes étés dans la ferveur des récits d’aventure. A présent, je les vis pleinement, à ma mesure. J’ose, j’expérimente. Je rêve mais je vis aussi.
J’habite mon expérience du voyage telle que je suis.
Nomade d’esprit, nomade dans la vie.
Jeune, les livres ont été une forme de voyage intérieur qui ont nourri mes valeurs et aspirations d’exploration de nouveaux territoires, d’ouverture, de liberté aussi.
 *
« Le voyage, c’est être au plus proche de sa vérité.
On peut être aventurier parce qu’on s’engage au plus proche de sa vie ».
Priscilla Telmon, écrivaine et exploratrice française
 *
*
Aujourd’hui, j’ai décidé de prendre le temps de voyager, de voyager autrement.
Comme une forme de quête, de chemin vers soi.
 *
J’aime tout autant m’enivrer des rencontres que des grands espaces et d’une vie Grandeur Nature (que j’ai choisi délibérement il y a 2 ans) me donne ce shoot de Vie, la sensation de vivre une vie intense.
 *
*****
Le Bonheur ne se définit pas par un grand calme,
mais plutôt la terrible sensation d’être Vivante !
*****
 *
Marcher pieds-nus dans les forêts d’Ardèche ou des Alpes, parcourir les sentiers alpins à cheval, s’enivrer des paysages magnifiques du Grand Canada ou des vallées de San Francisco, méditer face aux embruns d’une mer catalane ou de Chine, ou d’un lac sauvage de montagne.
Je vis et je vibre à ces instants là. Connectée à la Nature, connectée à la Vie.
J’aime me perdre dans mes voyages, pour mieux m’y retrouver.
 *
*
 *

DE SOI AUX AUTRES

*
Le voyage, c’est aussi faire l’expérience des Autres, aller à la rencontre des autres.
 *
*
*****
Le voyage c’est le plus beau chemin pour aller vers les autres, en passant par soi.
*****
 *
*
Changer de paysage, c’est changer de regard, sur le monde, sur les cultures, les coutumes, sur les Autres, pour finalement changer de regard sur Soi.
 *
La cuisine est pour cela un formidable lieu d’échanges et de découvertes,
Partout où vous allez, partager un repas est le plus beau moyen de rencontrer l’Autre, de l’accepter dans sa différence, dans sa culture.
Je suis une véritable épicurienne, curieuse de nature et de toutes les natures, et si je peux être très sceptique sur la qualité de la nourriture ici en France, je n’hésites pas à tout tenter lors des voyages, du thé marocain offert en passant par au massaman au curry vert sur un bord de route de Thailande.
J’adore voir les plats se préparer, et y participer sont des moments de joie et de bonheur simple.
C’est ainsi que ma cuisine s’est enrichie de 1000 saveurs, métissée et inspirée de toutes mes rencontres.
 *
Le voyage ne doit pas être une quête utilitariste et individualiste, il se partage, il s’offre aux expériences et à la rencontre.
 *
« Aucune échappatoire à moi-même. Chaque lieu porte une âme qui parfois se surprend à ressembler à la notre » Blanche de Richemont, écrivaine et exploratrice française,  Le Manifeste Vagabond
 *
*
 
Et pourquoi ne pas cultiver cette qualité d’Etre, même ici en France, dans vos quotidiens ?
 *
Pour avoir vécu à Paris, Toulouse puis dans un petit village des Alpes, un petit village de Bali, aller à la rencontre des vrais gens dans les marchés, ceux qui vous parlent de leurs produits et aiment leur pays, c’est aussi voyager, car vous laissez de côté votre individualité, pour retrouver votre humanité avec les autres.
 *
Le voyage, qu’il soit au détour d’une ruelle de votre ville de toujours, ou à quelques milles kilomètres de là, c’est retrouver les fondamentaux de la vie : confiance, amour, humilité.
 *
*
*****
Renoncer à notre ego, notre orgueil et individualité, pour revenir à notre Humanité et Naturalisé.
*****
 *
*
« Etre c’est appartenir à un immense réseau de relations »
Shumar Satish – Tu es, donc je suis.
 *
*
*

SE PERDRE DANS LE VOYAGE : LES AFFRES DE LA DESILLUSION 

*
Comme toute quête, le voyage peut faire tourner les têtes, par inconscience, imprudence, orgueil, avidité, conquête dominatrice.
Quand notre manière de voyager n’est plus juste, démesurée par les moyens, les efforts, quand nos actes et pensées ne sont plus cohérentes parce que motivées par l’avidité, la haine, le désir, l’orgueil, nous prenons le risque de nous perdre dans le Voyage.
“Courir le monde ne sert qu’à tuer le temps. On revient aussi insatisfait qu’on est parti. Il faut faire quelque chose de plus.” Ella Maillart, écrivaine et exploratrice française
 *
Certains, font de choix de tout quitter pour vivre la Grande Aventure, par désir d’exister, de prouver, sans respecter la Nature, ceux qui l’accueillent.
Le Voyage et l’expédition ont toujours été le reflet de nos civilisations, intimement liées à nos conquêtes économiques, religieuses, géo-politiques, instaurant rapport de force et domination Nord-Sud, puis celui d’une quête individuelle et individualiste, pour aujourd’hui naviguer en eaux troubles du tourisme (même green) de masse et celui d’un voyage altruiste et humaniste.
 *
« Ce qui m’intéresse c’est ce que je ne sais pas, et ne fais pas encore, ce sont des coups de cœur, qui m’ont emmené vers des rencontres et qui en ont provoqué d’autres. » Anne Quemere, écrivaine et exploratrice française, ambassadrice As We Are
 *
A l’image de nos transformations sociétales, le voyage devra passer de l’intérêt politique puis personnel à la reconnaissance de l’intérêt général.
Peut être est-ce aussi le temps de reconsidérer notre rapport au voyage, moins dans la conquête, plus dans la Vraie Rencontre et l’altérité ?
 *
Sans le respect de l’Autre et de la Nature, le voyage a-t-il encore un sens ?
Et si le meilleur des voyages ne serait pas celui que nous faisons en conscience, doucement, sans attente, regardant la Réalité telle qu’elle est, accueillant la Vraie Vie  ?
*
 *
*****
Vanité des projections sur le voyage, toujours différente de la réalité
Le voyage comme la vie n’est jamais normal.
Il détruit constamment ces cases que nous nous obstinons à lui imposer.
*****
 *
Pas besoin de partir à 10 000km, pas besoin de matériel ou préparation coûteuse, pas besoin d’exploit ou de prise de risque insensée, simplement être Soi, dans toute son Humanité.
 *
*
*
 

VERS UNE NOUVELLE FORME DE NOMADISME ?

*
Et si nos modes de vie allaient retrouver leur splendeur et leur essence dans une certaine forme de nomadisme choisi et doux ?
 *
« Les vagabonds ne font que passer. Non pas pour fuir mais pour ne pas perdre leur intensité » Blanche de Richemont
 *
Personnellement, je crois en cette voie du milieu, forme de sagesse ancestrale et pourtant résolument moderne, l’Homme n’est pas fait pour être sédentaire, il a de tout temps été nomade.
Le nomadisme choisi me permet de sans cesse porter un regard neuf et frais sur les situations, les personnes. Il réactualise mes préjugés et idées qui n’ont le temps de se fixer dans un carcan enfermant, il m’oblige à ne pas m’attacher, à vivre « léger ».
 *
*
*****
Etre nomade, c’est savoir s’adapter.
C’est pour moi la qualité d’Etre essentielle à notre nouveau monde.
Etre nomade, c’est savoir relier.
Sans métissage des idées et des savoir faire, nous ne pourrons trouver les solutions créatives et alternatives à une crise de l’Humanité sans précédent.
*****
 *
*
Je milite pour un mode de vie nomade et revendique pleinement mon vagabondage doux.
C’est aussi pour cela que j’ai choisi d’entreprendre et faire se retrouver les communautés que je fédère au sein d’espaces de coworking, dans les cafés, les lieux de vie et de travail se mixant allègrement tout simplement pour favoriser le renouveau des idées et la fraicheur d’esprit.
C’est aussi pour cela que désormais je privilégie le voyage alternatif, mode doux (à cheval, scooter ou à pied pour découvrir de nouvelles contrées, en train au lieu de l’avion pour mes déplacements professionnels), qui laisse de l’espace à la rencontre, à la transition, à l’émergence d’espaces propice à l’intégration et le partage de nos expériences de vie.
 *
*
*****
Notre Nature prends son temps.
Nous sommes toujours en train d’éclore à notre insu.
*****
 *
*
Plus que jamais, le nomadisme et le voyage sont une forme d’engagement au plus proche de ma vérité, de ma quête et de mon engagement.
 *
Etre entrepreneure, c’est aussi être une aventurière moderne, en gardant tout près de moi, vivant, l’Appel de mon coeur.

2 comments

    1. Merci à vous Stéphane !
      Au plaisir de vous relire ou voir sur ce blog,
      N’hésitez pas à partager, nous nous inspirons tous les uns et les autres, finalement !

Leave a comment