Faire confiance. A priori.

severine - 14 avril 2014

Savoir rester libre pour se réinventer

severine - 14 avril 2014

Osez être le changement !

severine - 14 avril 2014

Oser être le changement, c’est oser se réinventer. Prendre le risque d’une mise en mouvement, pour un renouveau ou un changement d’horizon. Quitte à perdre un peu. De son confort, de sa sécurité, de ses relations, de ses acquis, de son connu. Remettre en jeu. Et pourtant le jeu en vaut la chandelle. Celle d’un enrichissement personnel ou professionnel, d’un apprentissage commun et souvent d’une vie ou organisation développée avec plus de sens, d’un accomplissement choisi plus qu’un travail subi. Choisir d’agir plutôt que d’attendre de manière passive que le changement vienne des autres, arrive de ceux qui nous gouvernent, nous dirigent ou nous enseignent.

 » Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Gandhi

Chaque jour, j’accompagne des personnes qui veulent donner du sens, changer de métier, changer de vie, entreprendre. Des entrepreneurs dirigeants qui veulent se réinventer dans leur business, innover, faire autrement. Des organisations, des entreprises, faisant preuve d’une volonté de changement collectif, d’une envie de faire différemment, de créer, d’innover, de se transformer. Changement que j’ai vécu aussi à 360° il y a 3 ans. Avec ces moments de joie incroyable, d’espérance, d’énergie positive mais aussi de doutes, de résistances et de difficultés.

Toutes ces histoires de vie, de projets, d’entreprises accompagnées, de rencontres avec des personnes qui osent être le changement, ne sont pas arrivées par hasard. Elles sont advenues depuis ma propre mise en mouvement. Alors pourquoi oser et surtout comment oser ?

Changer, une question d’envie et de désir ?

 

Oui, car les envies sont des puissants leviers et moteurs pour l’action.

S’émouvoir, c’est se mouvoir. Les émotions nous donnent une motivation pour agir.

Changer, chacun d’entre nous a été un jour pris de cette envie. Changer. De vie, de métier, de mode de vie…

Dans les organisations actuellement, plus que de changement, c’est même de transformation dont nous parlons à tel point le changement est global, radical, rapide et complexe mais indispensable !

Avant toute chose, demandez-vous de quoi vous avez envie, que voulez-vous voir advenir dans votre vie ou dans votre organisation ?

 » La liste de mes envies  » pourraient vous donner quelques pistes pour clarifier vos envies…

«Nous avons la chance de vivre une époque extrêmement riche et passionnante mais qui, plus que jamais, nécessite des repères et des valeurs, une intention » Christophe André
 

Une intention positive est le point de départ de tout changement réussi

Quelle est votre vraie motivation à changer ?

Choisir soi-même sa raison d’être, son nouveau chemin, en accord avec ses valeurs et ses passions, ses aspirations, et non en s’alignant avec ce que l’on espère ou attend de nous est fondamental si vous voulez impulser le changement.

Pour le vérifier, demandez-vous comment se dessinerait cette nouvelle vie (ou organisation, projet) ? Qu’en attendez-vous ? Qu’est-ce que vous aimeriez vraiment réaliser ou accomplir dans le restant de votre vie ? Au-delà de l’argent qu’est ce qui donnerait du sens à votre vie ? 

Si la passion vous anime, le sentiment d’accomplir quelque chose de plus grand que soi, de donner du sens à sa vie ou tout simplement de réaliser un métier, une tâche qui est celle pour laquelle vous vous sentez utile, votre intention positive profitera non seulement à une vie riche de sens mais aussi au bien de tous. Alors suivez votre intuition !

Si au contraire la peur (de l’échec, du regard des autres, du jugement…) vous pousse à changer de job, d’activité, d’entreprise. Si c’est l’argent ou les bénéfices individuels qui vous motive à agir en ne tenant compte ni de vos valeurs ni de vos passions. Vous risquez de répéter les mêmes situations d’impasse, de désillusions, de vide ou de résistance. Ces mêmes résistances individuelles qui cumulées créent des résistances collectives, une crise globale.

 

Changer demande du courage, celui de se transformer et de se libérer de ses croyances limitantes.

 

Les résistances, les doutes, les difficultés perçues sont inévitables dans les périodes de transitions ou de changement individuel comme organisationnel. Sources de blocages, elles entravent votre chemin vers vos aspirations les plus profondes, fondées sur des croyances limitantes que vous (ou votre organisation) avez construites comme une forteresse autour de vous.

Ne considérez aucune croyance ou dogme comme acquis, ce ne sont que les conséquences des pensées des autres qui vous tiennent à distance de ce que vous voudriez devenir.

 Demandez-vous si des croyances vous limitent, vous bloquent dans vos projets actuels ? La procrastination est symptomatique d’une résistance qui empêche d’agir. La dispersion aussi.

Si vous avez identifié les croyances qui vous limitent aujourd’hui ou vous ont limité jusqu’à présent (par exemple « je n’y arriverais jamais, je n’ai pas fait d’études » ou « créer une entreprise ce n’est pas pour moi « ), faites en une liste et à chaque croyance limitante, remplacez-la par une croyance positive ou aidante sur vous même. « Etre chef de famille, c’est déjà être chef d’entreprise »

 
« It Takes courage to grow up and become who you really are » E.E. Cummings

Le courage ne signifie pas ne pas ressentir la peur, le courage c’est d’avoir la volonté de surmonter sa peur pour continuer malgré les difficultés et les doutes.

Adoptez un état génératif de transformation !

 

L’énergie va où se fixe votre attention.

Plutôt que de vous centrer sur vos peurs, centrez-vous sur vos objectifs.

Mettez votre énergie à cultiver des pensées positives, à agir de manière positive, à contribuer pas à pas à votre projet, vos envies, vos aspirations.

En étant dans une attitude d’ouverture et positive, d’accueil de la vie et ses aléas, vous serez plus à même d’accompagner le changement plus que de le subir.

Robert DILTS, coach américain éminent spécialiste de la PNL, parle de l’état COACH (Centrage, Ouverture, Awareness, Connexion , Hospitalité), comme un des leviers générant la performance individuelle comme collective (lire l’article sur la collaboration générative).

Dans cet état positif, la vie vous amènera naturellement ce que vous désirez avec beaucoup moins d’efforts. En étant aligné avec votre but ultime (ou ceux de votre entreprise), vous vous accomplirez sans résistance et sans effort.

Le changement s’inscrit alors dans un mouvement perpétuel, celui de la vie, pour aller vers le meilleur de soi, pour une organisation plus créative et innovante, un monde meilleur.

Et cela fait toute la différence.

 

Se changer soi-même, c’est changer le monde

 

Si mon désir de changer était au départ plus personnel ou individuel, je constate aujourd’hui qu’il a pris une toute autre dimension et que les ambitions que je nourrissais auparavant se sont transformées profitablement dans des projets porteurs de sens, au service d’une vision positive et partagée. Par exemple, je participe à l’organisation du prochain Tedx Women à Paris, contribue au premier webzine collaboratif Livre de Lire dans la rubrique Développement Personnel et collabore pour la première Ecole de l’entrepreneuriat en cours de lancement avec Mathieu Genty fondateur du Cowork à Grenoble. Dans les entreprises, les équipes que j’accompagne actuellement, développent des projets de transformation faisant sens et intégrant pleinement la dimension humaine.

Et en quelques mois, tous ces projets passionnants pour laquelle ma participation active se concrétise aujourd’hui dans une grande fluidité sont le fruit d’un cheminement intérieur, d’une vision positive et partagée. Ils sont complètement alignés avec ce que je suis, mes passions et mes talents, ce en quoi je crois, mes valeurs, la vision de l’entreprise As We Are et le monde dans lequel je voudrais voir grandir demain mes enfants et ceux à venir.

« Je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que soit dans le monde extérieur que nous n’ayons d’abord corrigé en nous. » Etty Hillesum

Cette réflexion invite aussi dans les entreprises et les organisations, à reconsidérer la place du manager et dirigeant, avec une posture de leadership démontrée par l’exemplarité ; et cela commence par une propre transformation intérieure, afin de pouvoir la favoriser et polleniser au sein de ses équipes ou organisation.

Le vrai changement, est celui qui vient de l’intérieur, car il est profond, authentique, nourrit par une envie profonde alignée avec vos valeurs et aspirations. Un petit changement peut en amener de grands inattendus dans votre vie et celle des autres. C’est ce que j’appelle « la contagion du changement ».

Osez être le changement pour voir le changement autour de vous.

  

As We Are vous accompagne avec humanité et sens, dans vos projets de transition ou transformation, qu’ils soient individuels ou organisationnels. Nous vous invitons à prendre contact avec nous par mail welcome@asweare.fr ou téléphone au 06 14 74 86 64.

5 comments

  1. Bonjour Bonjour Séverine.

    Très bel article. Belles citations et évidemment, donne un beau coup de boost à la motivation. J’en profite pour souligner quelques points qui, à mon avis, mérite un coup de stabilo.

    Le premier est celui de l’exemple. Il y a 5 ans maintenant, je ne comprenais pas véritablement le sens de l’exemple, car il était orienté sur « faire pour prouver » ou « faire pour influencer les autres » et cela ne me parlait pas. Alors que maintenant, l’exemple est là pour avant tout me prouver à moi-même que je suis capable de faire ce que font mes équipes (par exemple). Donc c’est intrinsèque.

    Le deuxième, ne pas se centrer sur le mauvais côté. Ça c’est vraiment énorme. Beaucoup de gens me disent  » Et si un prochain employeur tape ton vrai nom et tombe sur ton site internet, que se passera-t-il? » ou  » Et si tu pars avec dans ce pays pour œuvrer à sa reconstruction, ne penses-tu pas que tu risques XYZ? »

    Oui, évidemment, MAIS c’est tellement plus puissant de se concentrer sur ce qu’il se passera si ça tourne bien. Néanmoins, il faut pondérer le risque et le garder en tête l’échelle du risque.

    Le troisième point, les projets individuels amènent des projets ouverts. À mon avis, on passe tous par la case « ego » avant les autres. Qu’en penses-tu?

    Pour terminer, je rajouterais que la patience est un élément que tu n’as pas beaucoup cité dans ton article (ou par directement). Certains changement prennent beaucoup de temps. Comme la liste des envies, ou les objectifs de vie. Difficile de savoir en un claquement de doigt, notre mission.

    Merci pour cet article, très beau espace de partage. Je reviendrai.

    Julien

  2. Bonsoir Julien,

    Merci à toi de ces retours enthousiastes et positifs ! De la justesse dans tes propos et une invitation au partage d’expérience avec authenticité,
    Je partage ton avis sur l’importance de se focaliser sur le positif. D’autant plus en tant qu’entrepreneurs ou dirigeants ! Le positif attire le positif. Je t’invite à lire à ce sujet l’article de mars sur l’optimisme « Cultiver son optimisme jour après jour : conseils pour un printemps heureux ! » C’est aussi, en plus percutant, le pouvoir illimité d’Anthony Robbins et la puissance de la pensée pour créer la vie de ses rêves !
    Aussi parce que nous avons valeur d’exemple. Et que le meilleur leadership est celui de l’exemplarité !

    Qui leadership, dit vision, audace, ambition, convictions, donc nécessairement du talent et de l’ego ! Tout est question d’intention, si l’égo et le projet individuel servent au bout du bout une cause collective, et sont poussés par une intention positive, contribuent à un service commun ou qui se partage, je dis oui. L’égo peut être aussi un bon moteur d’action, s’il est canalisé et remis à sa juste place. L’égo ne doit jamais saccager les valeurs que nous portons ou celles de l’organisation à laquelle nous contribuons, quelque soit.

    La patience, merci de cette considération. Je ne peux qu’approuver, militant pour le SLOW entrepreneuriat, et prenant parfois position contre la tendance actuelle dans le milieu start up à tout vouloir accélérer, optimiser et sortir des projets en un clic, à élever des entrepreneurs « hors sol ». Le temps a aussi qualité précieuse, comme tout bonne chose, un projet a besoin de maturité, un entrepreneur de hauteur, un dirigeant de distance pour se réinventer. D’ailleurs c’est un thème développé dans un récent article sur ce blog « Reconversion, entrepreneuriat : faites du temps un allié »

    Merci à toi de ces partages et de cet échange enthousiastes
    A bientôt sur le blog !

    Séverine

Leave a comment